Skip to main content

No Comments

  1. Zanto

    Shalom Rav, j’ai trois petites questions: (8min19)
    S’il y a eu le ness qu’un caroubier pousse dans la grotte c’est pour éviter que Rabbi Shimon ne sorte et se mette en danger de mort et s’il y a sakanat nefashot pourquoi les a’haronims posent-t-ils le problème de ‘orla puisqu’il y aurait eu aussi sakana s’il ne mangeait pas? après vous dites que certains aggravent la question en disant que le caroubier ne donne des fruits qu’apres 70 ans. Pardonnez ma naïveté mais où serait le ness qu’Hachem fasse une petite blagounette à Rabbi Shimon en lui faisant pousser un arbre sans fruits? A moins qu’il mangeait de l’arbre lui-même
    Est-ce qu’un arbre qu’on replante prend le din de ‘orla même s’il a quatre ans?

    Merci

  2. Rav Binyamin Wattenberg Author

    Bonjour,
    tout d’abord il n’est pas question d’un caroubier qui aurait poussé DANS la grotte, il a poussé à proximité de la grotte et rabbi Shimon pouvait sortir le bout de son nez, il n’y avait pas pour autant de “sakanat nefashot”, les romains n’avaient pas un satellite en orbite au-dessus pour repérer les moindres mouvements de Rashbi.

    Les a’haronim demandent comment Rashbi a pu manger sans respecter le din de Orla, cela n’exclut pas de répondre qu’il se l’est permis en raison de pikoua’h nefesh, mais c’est bien moins idéal que l’idée du miracle;
    Que D. lui fasse un tel miracle pour qu’en finale il doive transgresser un issour par manque de nourriture est difficilement acceptable, quel genre de cadeau serait ce caroubier? Il aurait été préférable de trouver un caroubier (ou un pommier) existant, c’est moins miraculeux mais plus bénéfique, ça économise trois ans d’interdits à transgresser.

    Ceux qui aggravent en soulignant qu’un caroubier ne donne ses fruits qu’au bout de “tant d’années” considèrent que si les Sages disent qu’il y a eu un caroubier qui a poussé, cela ne veut pas encore dire qu’il y a eu un second miracle (que des fruits y ont poussé rapidement) et si c’était le cas, les Sages auraient dû le mentionner beguéder “ness beto’h ness” comme ils le font dans Shabbat 97a, ‘Houlin 127a, Sotah 47a et Psa’him 118b.
    Il ne s’agît certainement pas de lui faire pousser un arbre sans fruits, car il n’y gagnerait rien, mais la question est pourquoi on ne parle que d’un ness d’un arbre qui a poussé sans mentionner que les fruits de cet arbre poussaient plus vite que les autres.
    Il semble donc que ce second ness n’ait pas eu lieu.
    [Ce qui pousse certains à dire (je crois l’avoir cité dans le shiour) que le ness n’était pas qu’un caroubier apparaisse, mais qu’un caroubier âgé apparaisse (ce qui répond aussi au problème de la orla).]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *